Archive for the ‘Société’ Category

h1

Grande leçon pour moi grâce à l’affaire DSK. Il ne sert à rien de vouloir faire changer les gens d’avis

25 août 2011

J’ai commencé cette série de blogs parce que j’étais surpris du flot de contre-vérités qui ont suivi le début de l’affaire

J’ai continué parce que comme tout le monde cela avait un côté fascinant, et j’ai fini littéralement indigné par la façon dont les médias ont chargé DSK alors que l’absence de preuves était criante.

Sur le blog d’Eolas, on m’a fait remarquer à juste titre ma grande naïveté à vouloir convaincre les gens.

Comme elle est importante pour moi, je reproduis ici ma réaction

*************************************

Il est utopique de vouloir faire changer les gens d’avis.

C’est d’ailleurs une vraie leçon pour moi, comme on en a tous les dix ans, que ces quelques derniers mois, qui je l’avoue humblement, m’ont révélé à moi-même ma grande naïveté sur cette question.

Je me faisais ces derniers jours les réflexions suivantes:

Pour que quelqu’un change d’avis sur un sujet, il faut:
1. Qu’il ait un intérêt pour la vérité, au-delà des écorchures que ça peut apporter à son égo.
2. Qu’il ait une capacité d’écoute pour entendre les arguments qui sont contraires à son point de vue.
3. Sur des sujets délicats, c’est-à-dire où la logique ne permet pas de conclure de façon définitive, et ce sont les plus fréquents, qu’il ait une capacité d’empathie pour se glisser dans la vision de l’autre, et une certaine imagination pour spéculer sur les différents scénarios possibles
4. Puis de nouveau une grande rigueur pour les filtrer au regard de ce qui est réaliste, sans projeter ses convictions préalables.

Autant dire que ce n’est effectivement pas donné à tout le monde.

Donc sur un sujet donné, soit la personne ne changera pas d’avis car elle n’a pas les qualités requises, soit c’est vous qui changerez d’avis parce que son opinion est plus solide que la votre et vous l’admettrez, soit les visions sont irréconciliables faute d’informations suffisantes et de valeurs partagées (il y a des positions irréconciliables, l’avortement, la peine de mort, Céline Dion, etc…) soit elle changera d’avis parce que vous l’avez convaincue.

Mais ce dernier cas n’est finalement que rarement possible:
– soit la personne n’avait pas vraiment un avis très autorisé, faute de temps pour y avoir réfléchi auparavant. Généralement, si elle est honnête elle le reconnaît très vite, et on n’est pas vraiment dans une situation où on a un vrai débat et où “elle change d’avis”
– soit vous apportez une information nouvelle et déterminante qu’elle ignorait et l’amène à remettre en question son jugement. ça arrive mais pas tant que ça.

Donc oui, finalement, vouloir faire changer d’avis quelqu’un est assez utopique, et finalement une forme d’orgueil pas si bien placé. J’essaierai de mieux mesurer mon temps à l’avenir.


Publicités
h1

L’affaire DSK pour les vraiment nuls

23 août 2011

images.jpeg  Dominique-Strauss-Kahn.jpg

Le DA a émis son rapport

En attendant une probable déclaration de DSK suite à sa libération en fin de journée, quelques points à souligner:

1. Contrairement au communiqué mensonger de l’AFP, repris par les médias français, le procureur n’écrit pas qu’il y a eu probablement un rapport non-consenti.

Il explique son investigation et dit que dans les premiers jours, les éléments dont il disposait étaient compatibles avec un rapport non-consenti (thèse de la plaignante). En particulier la courte durée supposée du rapport. Et que cela a motivé le passage devant un grand jury.

Mais ensuite, il revient sur le sujet et dit que les déclarations ultérieures de Diallo ont montré qu’elle n’était pas crédible au-delà d’un doute raisonnable, qu’aucune preuve suffisante ne les soutient. Et qu’aussi bien « pour des raisons légales qu’éthiques » (p 11), il doit abandonner le cas.

Il dit également (p 23) qu’on ne peut plus vraiment dire combien de temps la rencontre a duré (plus de détails la-dessus plus bas), et donc qu’implicitement l’élement fort qu’ils avaient jugé comme en faveur d’une relation sexuelle non-consentie s’effondre.

Donc il n’écrit pas qu’il y a une relation non-consentie. Et il semble au contraire dire que tous les éléments en ce sens ont disparu. Et le mot « éthique » laisse entendre qu’il lui semble juste de faire ainsi, c’est-à-dire que sa conviction n’est pas qu’il a lieu de poursuivre.

Note: ce jour à 10:30 environ le communiqué de presse de l’AFP a été corrigé

2. la richesse de DSK n’a rien à voir avec les conclusions du procureur

Celles-ci sont basées exclusivement sur ses propres interviews et les analyses qu’il a lui-même commandées,assez classiques d’ailleurs (ADN, rapports médicaux, etc..)

3. Le rapport confirme la conversation intéressée avec son fiancé pour obtenir de l’argent

Conversation certifiée par deux traducteurs: Note 17 page 17. Malheureusement non jointe

4. Le rapport médical ne prouve rien

Il est contredit par un expert neutre. La seule observation physique est celle d’une « rougeur », qui peut être attribuée à de nombreuses causes. L’expert dit aussi qu’il est peu probable que la cause en soit une agression. (p 20)

Par ailleurs la blessure à l’épaule, qui n’a pas été constatée sur le moment, malgré des mouvement très vigoureux (p 21) pour accréditer des descriptions, est très probablement liée à des mouvements répétitifs (p 22).

Et que si elle était liée à l’incident, il est également très probable qu’elle aurait donnée lieu à une douleur très forte (qui aurait donc du être mentionnée) et qui ne pouvaient pas réapparaître 28 jours plus tard

5. Le récit de la plaignante est incohérent et ne peut pas soutenir une quelconque accusation

En fait il y a quatre versions différentes: une à l’hôpital (note 12 p13) et trois à la police (p 11,12,13).

On peut même en rajouter une cinquième variation sur l’interaction avec sa supérieure juste après les faits (p 24)

Par ailleurs la plaignante a tenu certains propos aux procureurs (qui les ont enregistré) puis a nié devant eux les avoir tenus, minant encore davantage sa crédibilité.

Ces incohérences portent sur des éléments forts susceptibles d’établir le degré réel de stress de la plaignante, sur la compréhension de pourquoi elle n’a pas cherché du secours et quand elle aurait pu le faire, et ne sont donc pas anodins.

6. La plaignante a fabriqué à de nombreuses occasions des faux-témoignages

Sur le récit lui-même (voir ci-dessus), sur son entrée aux US, sur ses droits à des prestations sociales, sur ses motivations financières, sur l’utilisation des fonds qui transitent sur son compte, et plus grave, sur une reconstitution inventée mais parfaitement simulée d’un viol (p14,15)

7. Ce que le rapport ne dit pas sur Diallo mais qui pose question

– il y a la trace de spermes de quatre hommes différents inconnus sur le tapis de cette suite, (p 20) dans un espace assez confiné. On peut se demander si ce n’était pas un endroit de prostitution, et qui était la prostituée.

– une seule tâche contient les ADNs (ds deux à la fois) et est située à deux mètres de l’endroit où aurait eu lieu l’agression. Cette distance, certes minime, n’est pas expliquée

– il est sous-entendu que la douleur a l’épaule a été fortement sur-évaluée, et qu’elle était pre-existante à l’incident.

– le médecin qui a pris la version de Diallo à l’hopital a voulu atténuer ses propos qui sont dévastateurs pour cette dernière. (voir mes posts précedents), en laissant croire qu’ils pourraient être un raccourci, et ne signifieraient pas qu’elle est sortie avant lui. Serait-il partial ? Mais il n’a pas atténué le fait qu’elle a dit que DSK était resté silencieux, alors que plus tard, elle a prétendu que DSK lui avait parlé vulgairement.

– N. Diallo profite-t-elle sciemment du trafic de drogues de son mari et des fonds qui restent sur son compte ?

– c’est l’avocat de Diallo, Thomson, qui a fait bifurquer le cas en révélant que le récit du viol en Guinée était truqué, Pourquoi a-t-il agi ainsi ? On ne sait pas. On peut spéculer qu’il a été averti (par qui ?) que la demande d’asile était non conforme avec cette version et qu’il a voulu déminer la situation pro-activement.

– Thomson s’est ensuite enfoncé en empêchant pendant 19 jours de continuer les interviews, cassant la relation de confiance, et cherchant à gagner du temps. Probablement qu’il a senti à ce moment là que sa cliente avait perdu tout crédibilité et qu’il a cherché à trouver d’autres élements, par exemple dans le passé de DSK.

A noter que c’est vers ce moment là, le 15 Juin, que Banon a été convaincue (par qui ?) de changer de position et d’attaquer DSK pour une tentative de viol que tous les experts donnaient comme classée d’avance, car les faits disponibles caractérisaient au mieux, une agression sexuelle prescrite. Notons d’ailleurs en passant que dans le cas Banon, cette dernière ne s’est exprimée publiquement qu’en 2007, c’est-à-dire une fois l’éventuelle agression sexuelle prescrite, ce qui la mettait en position de ne pas déposer plainte pour prouver ses dires (et donc éviter le procès pour calomnie) sous ce pretexte

– la moralité de la plaignante n’a pas été évoquée en profondeur, mais des questions restent posées: elle semble vivre avec deux hommes simultanément, ce qui nuance son image de musulmane pieuse vivant dans les tables de la loi, elle dispose de 5 combinés téléphoniques et a des factures énormes alors qu’elle n’a aucne vie sociale (quelle activité cela recouvre ?), elle organise des transferts d’argent au noir. Les accusations de prostitution du NYP ne sont pour l’instant pas étayées mais ne semblent pas irréalistes.

8. Ce que le rapport ne dit pas sur la vraisemblance des accusations

Certains ont écrit que le rapport n’apportait pas la preuve de l’innocence de DSK. C’est vrai et c’est normal ! Ce rapport a pour but de dire si la question (de la culpabilité) mérite d’être posée, pas quelle est la réponse. Il conclut qu’elle n’a pas a être posée.

Or les raisons objectives de douter de la culpabilité sont toujours là (cf mon precedent message):

– absence de fuite et sentiment d’impunité

– chronologie improbable

– risque démesuré que le « viol » échoue avec intervention de secours

– fellation forcée sans moyen de contrainte

– différence de force physique, de taille et d’age

Sans parler d’éléments psychologiques qui sans être probants en eux-mêmes, donnent une coloration: le soutien de ses ex-épouses et maitresses qui le considèrent comme un homme doux, le fait qu’il peut se payer des call-girls, qu’il a une maitresse « chic » à New York, que N. Diallo ne doit pas être son genre de beauté, qu’il n’est pas très malin de violer quelqu’un quand on a un déjeuner avec sa fille dans la demi-heure qui suit.

Conclusion

Un nombre incroyable de gens ont un avis sur ce dossier sans l’avoir creusé. Je les invite à faire leur examen de conscience

Il est proprement scandaleux de voir le nombre de gens fouler la présomption d’innocence au mépris de la loi. Certains journaux sont certainement condamnables, et à tout le moins, ont confondu le devoir d’informer avec le pouvoir de manipuler, avec des arrières-pensées qui sont assez alignées avec la couleur politique.

On peut s’estimer heureux que la justice américaine ait suivi son cours, même si elle aurait du prendre plus de temps avant de prendre une telle décision d’incarcération, car le destin d’un homme, et de beaucoup d’autres avec lui, en aurait sans doute été changé. On peut regretter qu’à notre époque, des pétitions et des manifestations soient organisées pour y faire obstacle.

Je suis personnellement satisfait de voir que la justice abonde dans le sens le plus vraisemblable, celui de l’innocence, comme je l’aurais été aussi si elle avait établi de façon indiscutable l’existence d’un crime. L’assurance du respect de la justice passe avant les opinions politiques. Je suis désolé de voir que pour beaucoup ce n’est pas le cas.

Espérons qu’une communication large leur permettra de comprendre leur erreur

h1

DSK ou le nécessaire examen de conscience

14 juillet 2011

A l’heure où la défense de DSK affirme qu’il n’y aucune preuve de violence dans le dossier de la femme de chambre, je me permets une mise au point.

1. Personne ne sait ce qui c’est passé dans cette chambre 2806. A partir du moment où il s’agit d’un sujet pénal, la moindre des choses est de faire montre d’un peu de prudence. Je préfère un coupable en liberté à un innocent sous les barreaux.

2. Je reste abasourdi par les préjugés de ceux qui sont prêts à admettre qu’un homme public, dont les qualités sont reconnues et la vie somme toute relativement sous les projecteurs, puisse être un violeur sur la foi d’une accusation d’une personne même pas identifiée. J’ai beau être plutôt anti-sarkozyste, et même avoir eu des échos de son comportement agressif en privé, je ne suis pas prêt à admettre qu’il puisse être un violeur sur la foi de la première dénonciation venue. On pourrait espérer un peu plus de maturité au XXIeme siècle de la part de personnes engagées dans un débat public.

3. Le système judiciaire américain est ainsi fait qu’on ne peut condamner pénalement qu’à l’unanimité, au-delà de tout doute raisonnable. J’espère avoir montré dans mes articles précédents qu’un doute raisonnable subsiste.

4. On a le droit de refuser le mode de vie de DSK, semble-t-il très libertin, et faisant peu de cas des liens du mariage. Cette position est même tout à fait respectable. On a aussi le droit de penser que DSK ne fait qu’assumer une conduite pas si rare chez beaucoup d’hommes politiques, en particulier au plus haut niveau de l’état, mais pas forcément de façon si transparente. Mais là n’est pas la question. Confondre libertinage et viol, c’est comme confondre entreprenariat et escroquerie, c’est grave et malsain. Les rumeurs qui rendent plausibles l’un, pourtant que des rumeurs, ne saurait attester l’autre. Ou alors on est malhonnête.

5. J’en arrive au point le plus difficile. Le viol n’est pas un sujet anodin en France. Les études parlent de jusqu’à 100 000 viols par an, ce qui fait qu’une proportion significative des femmes sont concernées, disons de 5 à 10%. C’est énorme. Rappelons que le système judiciaire ne prend pas le sujet à la légère car les condamnations sont sévères, en moyenne pas loin de 10 ans de prison. Mais le chemin pour obtenir une condamnation est très ardu, puisque seulement de l’ordre de 1-2% des viols seront condamnés. Ce qui est extrêmement faible. On arrive donc à une situation conflictuelle où nombre de femmes, qui ont été victimes de viols jamais reconnus, dénoncent à juste titre l’injustice du système, tout en ayant une histoire personnelle qui relativise leur capacité à être objectives sur un cas spécifique donné. En effet, le viol a celà de particulier qu’il y a souvent peu de preuves définitives et qu’on est amené à opposer la plaignante et l’accusé sur leur crédibilité. Des chiffres circulent sur le taux de fausses accusations de viols, plutôt faibles, de l’ordre de 5%. Mais d’une part les valeurs doivent être plus élevées si on se restreint aux cas litigieux, d’autre part on imagine mal comment on peut vraiment faites des calculs fiables, enfin, on ne peut condamner un innocent parce que les probabilités, même fortes, sont contre lui.
Au total, même s’il y a une certaine injustice à pousser la victime à faire la preuve de sa crédibilité, même si dans la vie réelle les coupables s’en tirent le plus souvent, on ne voit pas quel autre système peut garantir un principe somme toute nécessaire, qui est qu’on ne peut pas non plus condamner un innocent, et en l’espèce, condamner sans preuves. Toutes les attaques féministes contre DSK, homme blanc puissant et libertin, face à la jeune immigrée noire et pauvre, sont donc sans objet: il faut regarder la réalité des preuves, et basta. Et dans le doute, abandonner.

6. Comme dit plus haut, l’existence d’un doute raisonnable ne me parait pas discutable. Ce qui devrait clôturer le sujet pénal. Reste la question morale: DSK est-il selon toute vraisemblance coupable de ce qu’on l’accuse ? A chacun de se forger une opinion. Ma conviction personnelle est plutôt non, car il y a trop d’invraisemblance:
– un viol commis par quelqu’un qui a probablement déjà eu une relation dans la soirée et le moyen d’en avoir sans violence
– un viol commis en dépit du bon sens avec le risque que le room service intervienne et que la « victime » se rebiffe et appelle à l’aide, dans un hôtel de renom où ça ne peut être étouffé
– un viol commis alors qu’on a un RV avec sa fille 1/2 heure plus tard
– une fellation forcée sur une femme de 20cm de plus et 30 ans de moins, tout à fait en mesure de se défendre a priori. Par ailleurs j’ai du mal à appréhender qu’elle puisse être satisfaisante
– des incohérences dans la description du viol par la plaignante (qui est parti le premier de la chambre ?)
– l’absence d’antécédent violent prouvé chez DSK
– des détails plutôt incompatibles avec une situation d’urgence (brossage de dents, recoiffé, habillé)
– semble-t-il des allégations mensongères sur l’existence de traces de violence.

Pour toutes ces raisons, j’aurais préféré ne pas voir la curée médiatique à laquelle on a assisté.

h1

dsk, le retour du pourquoi du comment on aurait trouvé la méchante

7 juillet 2011

Pfff, ça va trop vite. A peine fini mon article de mise à jour sur l’affaire que voilà maintenant que la femme de chambre attaque le New York Post pour calomnie après que celui-ci ait écrit qu’elle était une prostituée.

On verra comment cette plainte se développera, mais il y a tant de détails de la part d’un journal qui sait très bien jusqu’où ne pas aller, qu’on a dû mal à imaginer que tout soit inventé.


Revenons sur le cas de la femme de chambre:

– elle a émigré de Guinée avec sa fille suite à la mort de son mari

– elle a réussi à se faire placer au Sofitel grâce à l’intervention d’un Centre d’aide aux Réfugiés, The International Rescue Comittee (source) (rappelons que sa demande d’asile était bidonnée)

– elle a réussi à obtenir un logement social

– elle perçoit également des aides non légitimes en ayant inscrit faussement une deuxième enfant

A ce stade, on peut penser que c’est quelqu’un d’assez débrouillard.

– elle a réussi à convaincre les procureurs en décrivant une scène de viol en Guinée, puis à admis qu’elle était imaginaire.

– elle a reconnu avoir répété son bidonnage pour la demande d’asile à partir d’un script sur une cassette

– elle passe dans sa communauté pour la parfaite musulmane sans histoire alors qu’elle est impliquée dans des histoires de blanchiment d’argent, et qu’elle même jongle avec ses 5 n°s de téléphone, ce qui exclut un rôle complètement passif

– elle est mariée avec un trafiquant de drogues, mais personne ne le savait

Elle a donc des talents d’actrice et une capacité à dissimuler

Revenons à cette journée du Sofitel:

– elle a demandé à être affectée à l’étage VIP (source A collègues sofitel, fuite à la presse organisées par le procureur)

– elle a nettoyée la chambre 2820, voisine, par 3 fois, à 10:30, 11:00, 11:30 (source B fuite enquêteur au Daily Beast)

– un room service est passé avant elle chez DSK. C’est un point important: il aurait dit à ND que la chambre était libre, ce qui expliquerait qu’elle soit entrée sans autorisation et affaiblirait l’idée d’une visite volontaire (par exemple pour proposer des services tarifés). On ne peut pas le vérifier.

Or un point reste obscur: est-ce que le room-service est entré ? Si oui, on peut s’étonner qu’il n’ait pas vu DSK, et que ce dernier ne s’en soit pas rendu compte. S’il s’en est rendu compte, on peut douter que DSK se lance dans une tentative de viol alors que le room service est dans le couloir. Si non, pourquoi, et pourquoi avoir dit à ND que la chambre était vide ?

Il y a aussi là suspicion de faux-témoignage pour éviter à une collègue de se faire licencier

– ND est entrée à 12:06 (source B); selon ses dires, elle a été agressée immédiatement par DSK, nu. On peut douter qu’une femme qui sait son collègue du room service a priori pas loin dans le couloir, fait 20 cm de plus et 30 ans de moins que son agresseur, se laisse faire en silence. Surtout qu’elle raconte s’être battu après contre lui.

– A 12:28 DSK réglait l’hotel, après être descendu souriant dans l’ascenseur, pour retrouver sa fille vers 12:45

– on peut estimer (source C) qu’il est parti de sa chambre vers 12:23

– ND est entré dans la chambre voisine 2820 à 12:26.

a) Un premier scénario est qu’elle est sortie de sa chambre après le départ de DSK. On sait par ailleurs que celui-ci a pris le temps de se rhabiller, de se laver les dents, de se recoiffer. S’il y a eu viol avant, ça parait incroyable. Et ce n’est pas ce que ND a dit puisqu’elle a affirmé s’être battu et enfuie avant son départ.

Ce premier scénario parait incompatible avec le viol. Mais beaucoup moins avec celui d’une « passe » où ND s’éclipse juste avant le départ de DSK, attend qu’il prenne l’ascenseur puis revient chercher son salaire dans la chambre 2806

b) Un deuxième scénario est celui de la fuite de ND juste après l’agression. Mais à supposer que DSK ait pris 9 mn pour se rhabiller, faire ses bagages, se laver, etc,.. (source C), cela lui fait 14 mn où on ne sait pas ce qu’elle a fait et pourquoi elle ne s’est pas mise à l’abri plus tôt.

Ce deuxième scénario ne cale pas non plus avec la 1ère version de ND, puisqu’elle avait dit s’être réfugiée dans un local technique, ni avec la 2ème où elle avait dit avoir fait le ménage dans la chambre 2820. Remarquons pourtant qu’elle a eu le temps de réfléchir à sa 2ème version puisque son avocat a empêché le procureur de la requestionner pendant 19 jours.

– ce n’est pas fini ! Les collègues réapparaissent par enchantement et trouvent ND traumatisée autour de 12:30 (il n’est pas clair où elle a été retrouvée, ds la 2806, la 2820 ou un local technique, ou dans le couloir). La carte ouvre le 2806 ; ND crache partout sur le sol et les murs et veut vomir (les collègues, source B)

Nouvelle question: elle a été agressée 20 mn plus tôt, elle a eu le temps de passer dans une chambre où elle aurait pu s’enfermer et se laver et elle a encore besoin de cracher devant les témoins ? Pas impossible pour une personne traumatisée par un viol, mais pas incompatible non plus avec une volonté de mise en scène. (Rappelons qu’elle est une bonne actrice)

– on connaît la suite. DSK prend son avion prévu de longue date et rappelle l’hotel pour récupérer son portable, puis indique qu’il se trouve à l’aéroport pour qu’on vienne lui remettre. Le lendemain ND au téléphone avec son trafiquant de mari lui indique qu’elle sait ce qu’elle fait et qu’elle espére bien obtenir réparation financière

Alors ?

DSK a-t-il violé la femme de ménage ? Pour l’instant, rien ne le prouve, mais rien ne prouve le contraire non plus.

Quelqu’un peut-il au-delà de tout doute raisonnable condamner DSK à des décennies de prison ?

Personnellement, je ne le ferais pas.

h1

dsk, le rebond de la mort de c’est pas encore fini

4 juillet 2011

Ah diable.

A peine ai-je fini mon excellent article , qu’il est déjà obsolète.

En effet, même si l’hypothèse du complot rebondit, avec des interrogations sur le professionnalisme d’Accor, la théorie d’un piège monté par la chambre de ménage prend la tête :

– le complot sarkozyste

Rien de bien nouveau. La question, c’est comment la femme de ménage a pu accéder à dsk, avec un tel soutien, compte tenu de ce qu’on sait depuis sur elle. Comment peut-on avoir le député B Debré qui affirme qu’il y a eu de nombreuses agressions sexuelles de la part de dsk dans cet hotel qu’il connait bien car il y a des relations proches , et une direction locale qui lui affecte une personne peu sûre, une accusation de viol qui passe localement pour crédible et un déni par un client important comme Ricol que la conformation des lieux s’y prête.

Enfin, on confirme que Accor a appelé l’Elysée une heure après l’arrestation (vers 17h40) , mais on ne sait toujours pas s’il ne l’a pas appelé avant, alors que la Direction de l’Hotel a mis une heure pour appeler la Police (vers 13H30) et a donc sans aucun doute appelé le siège, qui a du retransmettre. On imagine mal que l’info est mis 4 heures pour se propager.

Il y a donc présomption que L’Elysée ait été au courant, et on aimerait être sûr qu’il n’a pas encouragé le NYPD à une arrestation rapide. La probabilité est faible, mais pas nulle. Quand on a décoré quelqu’un de la légion d’honneur, on doit pouvoir certainement trouver son numéro de téléphone.

la femme de ménage

La défense fait son travail de sape, et on apprend qu’elle est une prostituée occasionnelle , qu’elle a tenté de tarifer ses services auprès de dsk et a continué à le faire après sa mise sous protection par le justice américaine. N’en jetez plus !

A ce stade, même si on n’a que des articles de journaux, cette hypothèse du piège parait très vraisemblable, et celle du viol (une fellation forcée, alors qu’elle fait 20 cm de plus que lui et 30 ans de moins, sur son lieu de travail avec les collègues prêtes à intervenir alentour) très affaiblie. Même si l’hypothèse d’une relation initialement non tarifée reste assez peu crédible.

Les sondages montent qu’à peu près la moitié des français souhaitent que dsk revienne dans le jeu politique, ce qui fait probablement trop peu pour pouvoir être réélu. Mais ça devrait évoluer positivement dans les prochaines semaines (de plus en plus de gens se convainquant du piège) , à supposer qu’il ne soit pas attaqué sur d’autres affaires et qu’il ait envie de revenir en politique. Ce dernier point n’est pas acquis du tout, et peut-être pas avec un rôle de premier plan.

h1

Affaire dsk, la suite du retour de la fin de l’histoire

2 juillet 2011

Allez, une petite mise à jour:

– la procedure actuelle a toutes les chances de s’effondrer faute d’une credibilité suffisante de l’unique témoin. Parti comme c’est, on risque de ne jamais savoir la verité

– un rebondissement est toujours possible, qui pourrait relancer l’enquête. Dsk pourrait porter plainte, la femme de chambre pourrait etre renvoyée en Guinée et faire appel…

– Dsk pourrait souhaiter laver son honneur et se présenter comme candidat en France. Ceux qui estiment qu’il s’est disqualifié oublie que Sarkozy a été élu malgré des rumeurs d’enfant hors mariage, de brutalité conjugale et de nombreuses affaires extra-conjugales. Sans parler des deux divorces.

que sait-on de la femme de chambre ?
i. Elle est d’une moralité douteuse, puisqu’elle a menti sur sa demande d’asile, que des fonds provenant vraisemblablement du trafic de drogue circulent sur ses comptes, qu’elle a cherché dès le lendemain à tirer un profit financier de cet affaire, qu’elle profite à tort d’allocations sociales. Elle a tout a fait le profil de quelqu’un qui pourrait monter une fausse affaire.
ii. Elle a simulé de façon convaincante une histoire de viol qui s’est révélée fausse (durant l’entretien avec les enquêteurs du procureur). Elle a aussi reconnu avoir répété de façon quasi-professionnelle (à partir d’un script sur cassette) comment crédibiliser cette version. Elle a donc les compétences requises pour affabuler un viol.
iii. Il y a des détails troublant dans l’histoire: elle etait tout à fait à même de savoir que dsk etait présent dans l’hôtel (photo dans les vestiaires), a demandé à nettoyer sa suite, après la tentative de viol supposée a continuer à nettoyer une autre chambre.
iv. Sans que l’on sache encore à quoi cela lui sert, elle utilise 5 téléphones mobiles et a de tres importantes factures. Pour quelqu’un qui a coupé les ponts avec sa famille, qui ne voit personne de son voisinage, et n’a aucun reseau professionnel, c’est troublant. A ce stade, il y a soupçon de trafic de drogue ou de prostitution. Si on peut prouver que c’est une escort girl, on peut imaginer qu’elle repondait à une commande du client dsk, et l’hypothèse d’une rencontre consensuelle est renforcée.

l’hypothèse du complot
De façon générale, les théories complotistes sont peu crédibles car elles supposent souvent des organisations puissantes, sans dysfonctionnement, et secrètes. Ce qui ne correspond pas à la realité. Néanmoins sur cette affaire, on peut se poser la question. La femme de chambre serait l’instrument de puissances occultes.
Sur le contexte amont, ce n’est pas absurde. Elle a le profil pour apitoyer, pas de casier judiciaire, connue de personne; elle a une fille à elever, un talent pour la dissimuation, besoin d’argent; elle a été employée au Sofitel il y a environ deux ans, un hôtel que dsk fréquente de temps en temps. On se demande d’ailleurs avec quelles références elle a pu entrer dans cet hôtel de demi-luxe.
Et elle s’est arrangée pour se retrouver dans la suite de dsk au moment où il partait.
Sur l’incident lui-même, on ne peut que constater que des elements de preuve suffisants on été rassemblés pour atteindre l’objectif: démission du FMI et élimination des présidentielles. Si complot il y a, le but est atteint.

Sur l’incident lui-même, personne ne pouvait prévoir le déroulement des premières heures: que dsk rappellerait l’hôtel pour avoir son téléphone, serait présenté comme en fuite vers la France et incarcéré en direct, avec caution gigantesque. Ce qui aboutirait au pilonnage médiatique que l’on a connu, à sa démission et élimination. Mais aussi à une débauche de moyens d’enquête, avec les meilleurs avocats, qui ont permis de faire émerger des doutes.

Mais que prévoyait-on alors ? Qu’il partirait tranquillement vers la France, sans procès, sans risque de prison, mais avec une casserole de plus qui l’affaiblirait ? Qu’il serait arrêté immédiatement ? Pourquoi la femme de chambre n’a-t-elle pas hurlé ? Tout cela semble bien amateur pour une opération montée de longue haleine.

i. Le complot Sarkozyste

L’hypothèse d’une affaire montée dès le départ depuis la France est peu probable car l’interet de NS etait d’attendre 6 mois de plus. Par contre, vu les fuites mensongères ne pouvant provenir que de la Police de NY, sans enquête interne aucune contrairement aux usages, vu les liens du chef de la police avec Sarkozy, on peut se demander s’il n’y a pas eu une volonté délibérée de décrédibiliser dsk.

L’intervention du jeune blogueur ump, et le relais du député bernard debré semble plutôt des maladresses et des coïncidences.

Le délai d’une heure mis par le Directeur du Sofitel pour prendre une décision est plus étonnant, et on peut penser que l’information est montée jusqu’à la direction d’Accor, et peut être aussi à l’Elysée, qui ont donc entériné.

ii. Le complot Américain

Il y a un mobile: protéger le statut du dollar comme monnaie de réserve, après l’annonce de dsk d’en finir avec la situation actuelle. Mais on n’a aucun indice de sa vraisemblance. On peut même douter que la CIA ou une autre officine s’appuie sur une personne mêlée à du trafic de drogue pour ses opérations, et de plus laisse la police (qui enquêtait sur les trafiquants) remonter jusqu’à cette dernière, comme elle l’a fait à travers des écoutes téléphoniques.

iii. Le complot des financiers

Le mobile n’est pas très clair, entre attaque de la Grèce et plongée de l’euro. On peut juste rappeler que dsk a été mis en cause par la patronne du même réseau de call-girl qui a impliqué l’ex-gouverneur démocrate E. Spitzer. Il serait intéressant de savoir si dans le téléphone que dsk voulait récupérer, il n’y avait justement pas le numéro de la femme de chambre, et qui lui avait fait ce cadeau empoisonné… Mais tout ça n’est que supputations.

Donc plutôt qu’un complot, on peut probablement voir là l’exploitation opportuniste d’un fait divers pour lui donner une couleur criminelle, de la part des nombreux ennemis de dsk. On peut s’interroger si tous ces délais n’auraient pas pû être réduits, car il est étrange que la lumière se fasse une fois la nouvelle direction du FMI nommée, et les primaires quasi lancées, mais ce n’est probablement qu’une coïncidence.

– l’agression

On n’a pas beaucoup d’infos objectives. On peut cependant se demander si un homme non armé peut faire une fellation forcée dans un hotel de luxe à midi à une femme qui fait 20 cm de plus que lui, qui travaille là, et qui n’a qu’à crier pour faire venir de l’aide (la situation ne serait bien sûr pas du tout la même dans une ruelle sombre). Sans être concluant, disons que c’est pas l’accusation la plus convaincante.

– la version de dsk

Pour l’instant, la version officielle, c’est « sexe consensuel ». C’est un peu court. Soit il dit l’avoir séduite, c’est peu crédible. Soit il dit l’avoir payée et probablement appelée. Dans ce cas, on doit pouvoir trouver des traces, soit des appels, soit de prostitution chez elle.

[Mise à jour]: le tabloid très peu fiable New York Post affirme que la femme de chambre est une prostituée

Donc en conclusion, il y a peu de chances que dsk soit inquiété par un procès, il y a peu de chances qu’il y ait réellement eu viol. Quand à savoir si dsk a encore une carrière politique, ça reste à voir. Les sondages le diront, mais ça me parait assez improbable, au moins à court terme. Même si on ne peut exclure qu’il se présente aux primaires, pour le principe, avec un score tout à fait honorable.

h1

Sécurité routière (suite)

21 juin 2011

J’ai mis à jour mon article de 2008 pour tenir compte des nouvelles données de l‘OSNIR 2009 qui est très riche.

Pour faire court:

– l’alcoolémie au volant est une cause majeure pas vraiment sanctionnée à la hauteur du risque

– les permis à points semblent toucher leur limite, puisque les moins de 26 ans et plus de 65 ans, qui représentent 39% des conducteurs tués ne représentent que 18% des infractions au permis à point.